Nouvel horaire CFF 2020 : les usagers de la gare de Bex seront fortement pénalisés

Ma question posée au Conseil d’Etat lors de la séance du Grand Conseil du mardi 1er octobre 2019

Avec le nouvel horaire CFF, les usagers qui partiront de la gare de Bex pour se rendre en Valais seront contraints de quasi systématiquement changer de train à St-Maurice et devront poursuivre leur trajet en direction de Brigue sur un train Régional. Le trajet Bex – Sion passera ainsi de 26 minutes actuellement à 48 minutes en 2020. Soit une augmentation de la durée du parcours de 22 minutes, soit quasi deux fois plus de temps ! Et il en va de même dans le sens contraire Sion – Bex.

Cette détérioration de l’offre ferroviaire de la gare CFF située le plus à l’Est du Canton pénalise quelque 15'000 habitants des communes de Bex, Lavey, Gryon et de la station de Villars reliée à la gare de Bex par la ligne du BVB.

Ma question, soutenue par mes collègues députés bellerins Circé Fuchs, Eliane Desarzens et Pierre-Yves Rapaz, est la suivante : le Conseil d’Etat est-il prêt à négocier (ou renégocier) avec les CFF la mise sur pied d’une solution logique, permettant aux usagers de la gare de Bex d’être directement desservis par les trains InterRégionaux qui circulent en direction et en provenance de Brigue ?

La réponse du Conseil d’Etat

Le Conseil d’État, à l’instar des députés bellerins, de la Municipalité de Bex et de sa Commission des transports s’inquiète de la desserte de la gare de Bex. Le DIRH s’engage activement auprès des CFF pour que ces derniers mettent progressivement en place une offre ferroviaire qui convienne à un maximum de clients. Il faut toutefois rappeler que la compétence de la mise en œuvre du trafic « grandes lignes » revient à la Confédération par son Office fédéral des transports.

En 2O14, une menace a déjà plané sur la gare de Bex. En effet, les CFF avaient envisagé de ne pas moderniser les installations de cette gare (il s’agissait de mise en conformité pour les personnes à mobilité réduite) en raison du coût élevé des modernisations. Ils proposaient même un abandon de la desserte ferroviaire par le trafic grandes lignes de cette gare. Cette proposition a été vivement combattue par le Conseil d’État. À la suite de cela, les services du DIRH ont obtenu plusieurs décisions encourageantes de l’Office fédéral des transports.

D’une part, les CFF ont obtenu l’accord de l’Office fédéral des transports pour mettre en conformité la gare de Bex pour un montant de 23.1 millions de francs. La procédure d’approbation des plans est en cours à l’OFT et les travaux devraient être réalisés d’ici à 2O22. La mise en conformité des installations du chemin de fer Bex – Villars – Bretaye, ainsi que l’aménagement de la place de la gare suivront et sont coordonnés. Ces travaux confirment l’engagement à long terme de la Confédération et des CFF pour assurer la desserte de la gare de Bex en trafic grandes lignes. D’autre part, les autorités fédérales ont confirmé la desserte ferroviaire de Bex, à raison d’un train par heure toute la journée dès 2O2O et deux trains aux heures de pointe à l’horizon 2O25, par les trains RegioExpress à 2 niveaux circulant entre Saint-Maurice et Annemasse.

Ainsi, la desserte ferroviaire de Bex sera reprise dès 2O2O par les trains RegioExpress Annemasse–Lausanne–Saint-Maurice à raison d’un train par heure. Ce train ne donne toutefois pas de bonnes correspondances à Saint-Maurice avec les trains grandes lignes circulant en direction de Sion et Brigue. Une demande a été faite aux CFF de décaler de 3O minutes la desserte prévue de Saint-Maurice et Loèche, ce qui aurait permis de réduire les correspondances à moins de 1O minutes à St-Maurice. Les CFF n’ont malheureusement pas retenu cette proposition, car ils veulent favoriser le flux Loèche–Viège–Berne par le tunnel du Lötschberg.

À court terme, aucune solution n’a été proposée par les CFF pour limiter la péjoration du temps de parcours pour le flux de voyageurs de l’Est Vaudois en direction du Valais. Selon les statistiques des CFF, aujourd’hui environ 2’5OO personnes utilisent la gare de Bex mais seulement 3,5% se déplacent en direction du Valais. Cela représente environ 8O voyageurs par jour qui verront leur situation péjorée.

Le dialogue se poursuit avec les CFF pour trouver comment réintroduire un arrêt à Bex sur les trains InterRegio circulant dans l’autre demi-heure du RegioExpress, ce qui permettrait de rétablir des liaisons performantes vers le Valais, mais aussi vers Lausanne et Genève-Aéroport. Des discussions sont en cours avec CFF infrastructure et CFF voyageurs en ce sens.

Le Conseil d’État souhaite également relancer, avec l’Office fédéral des transports, le Canton du Valais et les CFF, les réflexions sur des mesures permettant de légèrement diminuer le temps de parcours sur la ligne du Simplon. Cela permettrait ainsi de garantir l’arrêt des IR en gare de Bex tout en améliorant la stabilité des horaires.